Minibague d'interception

Cet appareil fixe est constitué d’attachements collés sur la face externe des dents et de bagues entourant les molaires. Ces éléments métalliques sont reliés entre eux par un arc métallique.

Les élastiques sont à porter jour et nuit en début de traitement et permettent de corriger le décalage antéro-postérieur.

Pendant tout le traitement ces bagues peuvent se décoller donc attention à ne pas rallonger la durée du traitement en cas de décollements fréquents :

- Après la pose prévoir pendant quelques jours, pain de mie, purée, pâtes, poissons et viande hachée de préférence.

- Ne pas croquer dans les aliments trop durs (croûte de pain, carotte).

- Couper les pommes en quartier sans les croquer.

- Ne pas manger de chewing-gum, bonbons collants (caramels).

- Ne pas mâcher des crayons, ni se ronger les ongles.

- Ne pas “jouer“ avec l’arc.

A la suite de la pose de l’appareil, il est classique de ressentir des douleurs dentaires pendant quarante-huit heures voire une semaine. Elles sont liées à la mise en mouvement des dents.

Une ordonnance d’antalgique (type Doliprane) vous sera faite afin de faciliter cette phase d’adaptation.

Il est fréquent de voir apparaître des aphtes dans certaines zones de frottements des bagues avec l’intérieur des joues et des lèvres.

Des bâtonnets de cire vous seront données. Ile permettent de réaliser des petites billes de protection sur la bague facilitant la cicatrisation de l’aphte.

Si l’arc pique ou blesse la joue, nous vous remercions de téléphoner et de prendre un rendez-vous en urgence.

Si un boîtier est détaché, merci de téléphoner pour qu’il soir recollé. Cela peut attendre quelques jours si votre enfant n’a pas mal.

Les décollements de boîtiers peuvent allonger la durée du traitement.

INTERET D’UN BON BROSSAGE DENTAIRE

Le brossage

Il doit avoir lieu après chaque repas : matin, midi et soir.

Il faut penser à brosser toutes les surfaces des dents : interne, externe et surface occlusale en insistant particulièrement horizontalement en dessus et en dessous des boîtiers.

Bien penser à vérifier le résultat d’un brossage dans le miroir.

Trois minutes est le temps minimum d’un brossage. Il doit se réaliser à l’aide d’une brosse à dents à poils souples et à petite tête. Il peut être utilement complété par l’emploi de brossettes interdentaires.

Une trousse de brossage vous sera donnée en début de traitement comprenant une brosse à dent “dite de voyage“ pour le repas à la cantine, du dentifrice.

Les techniques de brossage dentaire seront expliquées le jour de la pose de l’appareillage.

Nous vous remercions d’amener cette trousse à chaque rendez-vous.

Si le brossage est insuffisant, un dépôt de plaque dentaire est visible près des gencives.

Il peut créer :

•Une inflammation de la gencive (gingivite) :

On peut alors noter un gonflement gingival (gingivite) qui va progressivement recouvrir les dents. La présence de saignements en est le signe. Il faut alors bien brosser les gencives pour les décongestionner.

•Des tâches blanches de déminéralisation :

L’accumulation de plaque dentaire risque également de provoquer une attaque acide de l’émail. Cela se traduit par une tâche blanche sur la dent. Cette tâche blanche est un début de carie et n’apparaît qu’en cas de brossage insuffisant.



Information médicale du patient

Consentement éclairé

Madame, Monsieur,

Le patient enfant, adolescent ou adulte consulte l’orthodontiste car il présente des anomalies dento-maxillo-faciales. Les dents en malposition, les décalages des mâchoires, peuvent entraîner des déséquilibres fonctionnels et esthétiques.

Les causes de ces malpositions sont variables : héréditaires ou acquises (succion du pouce).

Un bilan diagnostic comprenant photographies, radiographies et moulages permettra de proposer un plan de traitement à l’aide d’appareils fixes ou amovibles.

Les photographies effectuées avant ou pendant le traitement sont nécessaires à l’établissement du dossier. Elles pourront être utilisées à titre pédagogique et publiées dans une revue scientifique.

Ces appareils provoquent des sensibilités dentaires à la pose ainsi que les jours qui suivent et lors des phases d’activation. Elles se manifestent par des symptômes douloureux à la pression, pendant la mastication et parfois par des sensibilités au chaud ou au froid.

La collaboration avec d’autres spécialistes (chirurgien-dentiste, parodontiste, chirurgien maxillo-facial, orthophoniste) est parfois nécessaire au bon déroulement du traitement d’orthodontie.



I LES CONSIGNES

1) Avoir des dents saines : toute lésion carieuse doit être soignée avant la pose de l’appareil. De même un contrôle périodique des caries devra être effectué tous les six mois par votre chirurgien-dentiste.

2) Avoir un brossage efficace ; des conseils pratiques pour un bon brossage seront donnés et des vérifications de sa parfaite maîtrise seront effectuées à chaque visite. Les traces de décalcification relevées quelquefois après un traitement ne sont pas imputables à celui-ci, mais à la plaque dentaire accumulée par négligence autour des différentes attaches de l’appareil. Ces traces irréversibles sont toujours dues à un brossage insuffisant.

3) Avoir une alimentation saine sans aliments collants ou durs (chewing-gum, caramels) pouvant détériorer les appareils et sans boissons sucrées entre les repas (sirop, jus).

4) Respecter et prendre soin de l’appareil : toute détérioration (bague décollée, fil cassé) nécessite une remise en état. Ceci retarde le bon déroulement du traitement.

Respecter les conseils donnés par les praticiens, en particulier pour le positionnement des élastiques de traction inter-maxillaire ou pour la force extra-orale

L’oubli des élastiques prolonge la durée du traitement (idem pour la persistance de la succion du pouce).

5) Respecter les rendez-vous fixés dont la périodicité est établie par les nécessités du traitement. En cas d’oublis, il faut contacter le secrétariat. Ces rendez-vous manqués prolongent la durée du traitement.

Les Docteurs FRANCOIS se réservent le droit de pratiquer la dépose de l’appareillage en cas de manquements répétés à ces consignes. La signature d’une lettre déchargeant la responsabilité des praticiens serait alors exigée.

II BUTS DU TRAITEMENT

Le réalignement et l’engrainement dentaire, la correction des anomalies dento-maxillo-faciales permet la prévention des caries (par simplification du brossage) et des affections parodontales (déchaussement gingival).

L’amélioration des fonctions (mastication, déglutition, phonation, respiration) permet d’obtenir un nouvel équilibre et d’améliorer la beauté du sourire.

III LES COMPLICATIONS EVENTUELLES ET LES LIMITES

* Dans certains cas, exceptionnellement rares et imprévisibles, les racines des dents peuvent se raccourcir. Cette résorption radiculaire peut, en niveau de gravité extrême, affecter la longévité dentaire.

Une radio de contrôle sera réalisée à environ 6 mois un an de traitement pour surveiller l’état radiculaire.

* Le traitement orthodontique peut entraîner une perte de vitalité pulpaire qui provoque alors une coloration plus sombre de la dent. Cette mortification dentaire peut être due à un traumatisme antérieur (choc dentaire) ou à des microtraumatismes.

* En cas d’absence prolongée dû à des rendez-vous manqués, les dents peuvent être expulsées de la corticale osseuse (déchaussement).

* Si de nombreux troubles de l’articulation temporo-mandibulaire peuvent être corrigés par un traitement d’orthodontie, certains récalcitrants, peuvent apparaître ou s’aggraver avec le temps, même si les anomalies dento-maxillaires ont été corrigées.

IV DUREE DE TRAITEMENT

Deux ans environ voire plus selon la coopération du patient, l’importance de l’anomalie à corriger, l’amplitude des mouvements dentaires, le stade et le type de croissance.

V CONTENTION

Une fois les objectifs thérapeutiques atteints, il convient de maintenir les résultats obtenus à l’aide d’un appareil de stabilisation (gouttière nocturne, fil collé). La contention orthodontique a pour but de limiter le risque de récidive.

Cette contention est prévue sur une durée d’une année. Elle peut-être permanente dans les cas particuliers présentant des risques importants de récidive. Le suivi de la contention est assurée par l’orthodontiste. La contention permanente peut être effectuée et vérifiée par le chirurgien dentiste traitant.

Nous soussigné(s), déclarons par la présente avoir pris connaissance des objectifs du traitement orthodontique ainsi que des diverses possibilités ou alternatives, y compris l’abstention thérapeutique et les conséquences qu’une telle décision implique sur le devenir du système bucco-dentaire, voire de l’harmonie faciale.

Ainsi informé(s), nous souhaitons que soit effectué le traitement orthodontique proposé.

Fait en deux originaux à Bourgoin le :

Faire précéder la signature de la mention “lu et approuvé“

Nom et signatures obligatoires

 

Du patient Du Père De la Mère

Article rédigé par le praticien le 17/11/2014

Le site du cabinet dentaire a été réalisé par Webdentiste.fr